9 Hours 9 Persons 9 Doors

Cover 999

9 hours 9 persons 9 doors (Ou 999 pour faire plus court) un jeu d’aventure sur nintendo DS édité aux US par AKSYS et développé par le studio Chunsoft, à qui l’on doit le fameux 428: Fūsa Sareta Shibuya de qui à reçu la note maximale dans le magazine de jeux vidéo Famitsu (bon, après ce magazine est tout sauf crédible dans ses notations, donc à prendre avec des pincettes), et scénarisé par Kôtarô Uchikoshi qui a également écrit le script de l’excellent visual novel Ever 17 – the out of infinity. J’étais très intrigué par ce jeu lorsqu’il a été annoncé pour la première fois au Japon, ce qui fait que je n’ai pas hésité une seconde lorsque le jeu est sortie aux US (vu qu’il n’est toujours pas annoncé en Europe), et que je n’ai pas du tout été déçu de l’achat. Allez, passons sans plus tarder au jeu en lui-même.

L’action de 999 prend place dans un bateau sur le point de couler, 9 personnes y ont été enfermé contre leur gré par un dénommé Zero. Celui-ci veut leur faire participer à un jeu : le Nonary Game, le principe de ce jeu est simple, ces personnes ont 9 heures pour trouver la sortie du bateau, la sortie étant symbolisée par une porte avec le numéro 9 inscrit dessus. Vous incarnerez Junpei, un des participants du Nonary Game alors qu’il tentera de sortir du bateau avec ses compagnons d’infortune tout en essayant de trouver l’identité et les motivations de Zéro.
Bien sûre, le Nonary Game ne consiste pas simplement à vadrouiller dans le bateau avant de trouver cette porte, nos protagonistes seront plusieurs fois confrontés à d’autres portes numérotées de 1 à 9 qu’ils devront ouvrir en utilisant les bracelets numérotés qu’ils ont au poignet. Comment ça marche ? seul un groupe de 3 à 5 personnes peuvent franchir une porte, et il faut que la racine digitale des numéros des personnes correspondent au chiffre affiché sur la porte, la racine digitale consistant à calculer les chiffres d’une somme entre eux, jusqu’à ce que le numéro ne comporte qu’un chiffre, par exemples : la racine digitale des numéros 4, 8, 1 et 6 donnerait 4 + 8 + 1 + 6 = 19 >> 1 + 9 = 10 >> 1 + 0 = 1. derrière chaque porte numérotée se trouve des salles fermées, qu’il faudra déverrouiller en résolvant l’énigme/puzzle de la salle, ces énigmes consistants principalement à trouver des clés, des objets, de les combiner, de déchiffrer des codes ou à résoudre des énigmes.

Voici l'inventaire, vous trouverez également une calculatrice vous permettant d'effectuer divers opérations.

La racine digitale est au coeur du jeu, le jeu étant à fin multiple (6 pour être exacte, 3 bad end, 2 normal et une true end) dont l’issu dépendra des choix de Junpei, à savoir quelle porte il choisira de passer, sachant que les salles possèdent différents éléments/informations sur la trame, ou vous permettent de discuter avec certaines personnes en particulier, il faudra bien sûre plusieurs essaie et plusieurs parties avant de comprendre le déroulement du jeu et savoir comment débloquer la true ending.
Le jeu se découpe en deux parties distinctes, la partie novel qui servira la narration du récit et permettra de faire des choix cruciaux pour l’histoire. La narration est affiché sur l’écran inférieur de la DS, les sprite des personnages et les dialogues sont eux affichés sur l’écran supérieur. quant à la partie puzzle elle se joue quasi entièrement à l’aide du stylet, l’interface et les contrôles sont plutôt simple et intuitifs, vous pointez sur un objet/endroit pour l’examiner, vous allez dans le menu pour lire des dossiers ou documents récupérés, examiner les objets de l’inventaire ou les combiner, vous pouvez les équiper très vite en pointant en bas à gauche de l’écran, et pour les passages de puzzle un peu différent, vous avez droits aux explications appropriées.

les éléments que vous pouvez éxaminer sont surlignés en jaune.

Les puzzles sont plutôt sympa, ils ne satisferont pas les fans hardcore de point & click ou les gens à la recherche d’énigmes tordus et difficiles. Mais ceux de 999 restent efficaces, on peut rentrer dans une nouvelle salle, ne pas trop savoir ce qu’il faut faire, et comprendre petit à petit comment s’en sortir à force de rechercher des objets ou des indices, la difficulté augmente peu à peu au fur et à mesure du jeu, mais rien de vraiment difficile ou insurmontable, surtout que plus vous échouez, plus vos partenaires vous donneront d’indices. De toute façon, le jeu se démarque surtout par son histoire, les puzzles n’étant réellement là que pour donner un peu d’intéractivité au tout, et même si celles ci s’avèrent plaisantes, ce n’est pas là dessus que repose l’intérêt du soft.
kôtarô Uchikoshi aime enfermer ses personnages dans des endroits cloisonnés, coupé du monde, là on a le droit au bateau sur le point de couler avec divers énigmes à résoudre, dans ever 17 – the out of infinity les personnages étaient enfermés dans un parc d’attraction sous-marin, d’ailleurs pas mal de points de la trame ressemblent à ever17, notamment les discussions scientifiques/philosophiques, les tenants et aboutissants, les liens entre les personnages. Bref, ceux qui connaissent déjà ever17 ne nageront pas en territoire inconnu.

Le fameux bracelet numéroté.

Enfin je digresse, l’une des grandes forces de 999 sont ses personnages, tous très réussis et attachant, le premier auquel je pense est le protagoniste : Junpei, j’imagine difficilement mieux comme personnage principal de ce genre de récit, il a de l’humour, un esprit d’initiative (malgré les tensions qui règnent dans le groupe, et le fait qu’il n’y ai pas de chef désigné, Junpei arrivera toujours à faire en sorte que le joueur choisisse la porte dans laquelle il ira), courageux, téméraire sans pour autant être niais ou excessivement plein de bons sentiments, et à une place centrale dans le récit (encore heureux dira-t-on). le reste du casting n’est pas moins intéressant pour autant, ce qui est vraiment excellent c’est l’alchimie qui règne entre les personnages, avec leurs coups de gueules, divergences d’opinions, les moments où ils travaillent en groupe, les prises de bec entre Lotus et Seven, la relation fraternelle entre Clover et Snake, Ace et son côté paternaliste. Tous on une place et leurs interactions est au final très crédible, certaines personnes ayant plusieurs facettes ou secrets surprenants.
Cet excellent casting se retrouve mêlé à une trame très bien huilé et pensé, les différentes fins mystérieuses laissant le joueur avide de connaître les tenants et aboutissants réels de la trame, tout en distillant les indices qui permettent au joueur de se diriger vers la true end du jeu, qui non contente de conclure le jeu de manière épique, nous permet de lever le voile sur les secrets des autres fins du jeu et de ce qui a pu se passer. L’histoire passant non seulement par les différents dialogues ponctuant le jeu, mais également par les différentes phases de puzzle. En effet chaque puzzle est affilié à une certaine thématique, qui est également l’occasion pour Junpei de se rapprocher et de parler avec les différents personnages du jeu que ce soit de leur situation, d’un thème qui peut sembler hors de propos mais qui se retrouve au final intimement lié à la trame, ou tout simplement sur leurs passés. Comme en une partie vous ne passerez pas par toute les salles, l’issu d’une partie dépendra des salles que Junpei traversera au fil du jeu, ce qui fait que c’est en finissant plusieurs fois le jeu, et en voyant les informations que l’on a dans les différentes salles que l’on peut imaginer le chemin idéal qui mène à la véritable fin, certaines fins donnants des indices bien concrètes.

Le casting de 999

Techniquement le jeu s’en sort très bien pour de la DS, l’OST est réussi, avec des pistes pesantes, plus frénétiques ou plus calme. Le chara design de Kinu Nishimura (chara designer pour Capcom ayant travaillé sur SF 3 par exemple) est de toute beauté, mise en valeur par des sprite qui ont le droit à de petites animations parfois, présentant des personnages éclectiques correspondants à leurs personnalités, et les background en 3D précalculés diffusent bien l’atmosphère de chaque lieu.

Si je devais donner un défaut au jeu, ce serai de devoir refaire certains puzzle plusieurs fois au cours des différentes parties, 2/3 fois maximum, sachant que l’on peut accélérer les dialogues déjà vu et qu’une fois qu’on a compris comment marche une salle, ça va très vite. Sinon le jeu est très bien écrit, la traduction d’Aksys est excellente, la narration est efficace et le jeu utilise judicieusement les deux écrans de la DS, à cela on rajoute une trame à fin multiple palpitante, minutieusement réfléchie, qui répond à l’essentiel des questions posées aux joueurs tout en laissant des pistes de réflexions et une suite probable.
C’est d’ailleurs ce que laisse entendre Kôtarô Uchikoshi lors d’une séance de questions/réponses organisée par Aksys (que vous trouverez ici à l’onglet « answer », blindé de spoiler, donc a réserver à ceux qui finissent le jeu), laissant l’occasion aux joueurs de poser des questions, ce qui nous permet d’apprendre certaines choses sur 999, notamment les inspirations d’Uchikoshi, sa méthode de travail, la création des personnages, le thème du 9 (comme le fait que les personnages ont été développés à partir de l’Ennéagramme des personalités qui permet de définir des types de personnes qui se trouvent au nombre de 9)…

Mais qui est zéro ? et quel est son but ?

Dans cette pseudo-interview, il y a deux choses qui ressortent, l’une étant une probable sortie Européenne du jeu et l’autre étant une suite, tout ça sous condition que 999 marche et se vende bien et que l’on en parle sur le net, les blogs, twitter. Et c’est un peu la raison d’être de cet article, en plus de vous communiquer mon enthousiasme pour le jeu, je suis bien conscient que ce blog est tout jeune et que je ne suis pas influent pour un sou, mais si cet article donne envie, ne serais-ce qu’à une personne, de s’essayer au jeu, d’aimer, et qu’à son tour il veuille en parler autour de lui, alors ce ne sera pas en vain.
Enfin bref, 999 est pour moi un excellent jeu, les puzzles sont sympa et divertissants, le scénario est palpitant, les personnages sont attachants pour au final une expérience marquante, que j’adorerais pouvoir réitérer avec une suite !

Publicités
Cet article, publié dans JV, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour 9 Hours 9 Persons 9 Doors

  1. vladisaac dit :

    C’est vraiment dommage qu’un jeu avec autant de qualité soit si méconnu. Si jamais le jeu sort en Europe, je me l’achète direct (même si j’ai pas de DS).
    And Clover is luv ->

  2. Oyashiro dit :

    C’est la triste loi du marché, on ne peut pas faire grand chose avec un jeu désigné pour une niche de joueur qui à relativement peu de pub, c’est également la raison d’être de cet article, essayer de changer les choses.
    Enfin si un éditeur européen est assez couillu pour acheter la licence, je n’hésiterai pas une seconde à encourager la démarche !

  3. Maxobiwan dit :

    J’ai à peine commencé le jeu et il y a deux choses qui m’ont énervé : Tout d’abord la première salle qui fait office de tutorial, j’ai été constamment ralenti par les explications. Il y a un coffre à ouvrir avec un code, dès que je veux lancer le mini-jeu, on m’impose des explications sur « comment faire tourner les chiffres ». OK, j’ai pas le code, je reviendrai quand je l’aurai trouvé… re-clique sur coffre, re-explication qui dure 15 secondes, mais j’ai oublié ce qui était marqué dans mon inventaire, obligé de quitter le mini-jeu pour ouvrir son inventaire et ainsi devoir se retaper le tutorial !
    Ouf ! Sauf que dans la pièce il y a un deuxième coffre 😡

    Le deuxième point est un peu plus un problème de goût… En faite, on contrôle surtout Junpei, on a une vue à la première personne et le jeu fait très Visual Novel. Je trouve la narration trop étrange quand il se passe quelque chose avec Jumpei, c’est toujours à la 3eme personne.

  4. Oyashiro dit :

    Pour le premier point, j’avais eu la même frustration que toi =D, c’était assez irritant lorsqu’on se retapait l’explication du code qui défilait lentement a chaque fois que l’on voulait essayer, heureusement par la suite ça se calme un peu, il n’y avait vraiment que dans ce cas là que j’avais trouvé ça assez énervant.

    Pour le deuxième point, c’est normal, on vit l’historie du point de vue de Junpei, on a pas d’informations qu’il n’a pas dans une partie, on est vraiment autant dans le brouillard que lui.
    La narration de l’écran inférieur est faite effectivement d’un point de vue extérieur, à la troisième personne donc, personnellement j’avais trouvé ça plutôt judicieux et bien fait. Pour le côté visual novel, c’est normal, vu que c’est une équipe qui est habitué au genre, et que 999 hérite beaucoup d’Ever 17.

    Enfin j’espère qu’en dehors de ça tu apprécie le jeu.

  5. Noru-Da dit :

    J’ai découvert ce jeu par hasard avant-hier, et je l’ai fini pour la première fois hier… bad ending 😦
    Mais quel ending! La tension est si forte, et la video « teaser » qui est offerte à la fin de cet ending (et c’est le cas pour chaque ending je pense) m’a direct donné envie de faire un deuxième run!

    Ce jeu est vraiment sublime; je n’ai jamais vraiment joué aux Visual Novel (sauf les Ace Attorney, dans une moindre), mais celui-là m’a conquis d’emblée. Une histoire très mystérieuse et très développée, avec son lot de surprises… Ce serait vraiment génial que le jeu soit distribué en France; ne serait-ce que pour que mes amis puissent y jouer. Ça fait deux jours que je ne leur parle que de ça et ils ont un peu la rage que le jeu ne soit pas disponible en Français x)

    Bref, pour revenir à cet article, c’était un excellent test, très bien redigé. Si je ne connaissais pas déjà le jeu je pense que j’aurais direct bondi dessus en lisant ça ^^ par contre ça m’a bien donné envie de tester Ever 17 une fois que j’aurai débloqué tous les endings de 999; si c’est dans la même veine je ne pourrai sûrement qu’adorer **

    Oh, et Clover rulez.

  6. Oyashiro dit :

    Heureux que le jeu te plaise en tout cas =3.

    Par contre, sache que si il y a une vidéo teaser à la fin, c’est que c’est une « normal end », les bad end étant bien plus sèches que celles ci.
    Ce serait vraiment une bonne chose que le jeu sorte en France, même si j’ai bien peur que si cela arrivait, il aurait droit au même traitement que pour miles edgeworth investigation : pas de traduction Française, peu d’exemplaires vendu. Mais ne perdons pas espoir o/ !

  7. Frenchiz dit :

    Très bon article, il résume parfaitement ma pensée sur ce bijou de jeu vidéo. Généralement je suis plutôt ravi des visual novels, j’ai grandement apprécié la série des PW et Apollo Justice (mon préféré du lot) et j’ai aussi connu les Jake Hunter, moins appréciés car trop linéaires, mais dont l’intrigue est quand même bien réussie; et du coup ce jeu fut une bonne surprise. A vrai dire, lorsque je l’ai pris je pensais avoir affaire à un Point and Click plutot qu’un Visual Novel, et je suis également un fan du genre (Monkey Island, The Runaway…), mais c’était surtout le scénario qui m’avait plu, pensant me retrouver dans un Saw-like dans lequel je me devais résoudre un certain nombre d’énigmes.

    Un petit jeu sans prétention, pas très connu, et développé par Aksys Games qui jusque là ne m’avait pas déçu, pourquoi pas?

    Et j’ai été scotché. Du début à la fin, ou devrais-je-dire, aux fins, sans même me décourager de refaire un même chemin jusqu’à un branchement différent parce que j’ai eu le malheur de répondre « We really needed to go » au lieu de donner le marque-page. Le scénario est très prenant, et la traduction est sans doute la meilleure que j’ai pu voir dans toute ma vie de gamer, quant aux enigmes, même si je les ai trouvées un tantinet simplettes par rapport à d’autres jeux du genre, tant mieux car ca me permettait de passer vite fait au plat principal: l’intrigue. Et quelle(s) intrigue(s)! C’est la premiere fois ou lorsque je finis un jeu une fois, deux fois, trois fois… il me reste des questions en suspens et je dois encore refaire le jeu une nouvelle fois pour voir si j’obtiens les réponses que j’attends (et encore, même apres avoir vu toutes les fins il me reste ENCORE des questions en suspens), le record précédent étant détenu par les Metal Gear Solid où j’ai du finir le jeu trois fois pour tout comprendre.

    Bref, j’ai des centaines de choses à dire mais je ne suis pas en train d’écrire un article (même si je crois que je devrais, mais bon faut se faire connaitre et tout ca, trop long), alors je vais m’arrêter là, et comme vous prie pour que ce jeu sorte chez nous avec une traduction aussi parfaite pour que ce jeu récupère ses lauriers qu’il mérite amplement.

  8. Oyashiro dit :

    Les énigmes sont simples, sans pourtant être évidente dès le départ, ce n’est pas le point central du jeu, mais elles sont suffisamment bien foutus pour être intéressantes a faire. En tout cas je vois bien que le jeu t’as rendu très enthousiaste =3. Il y a effectivement pas mal de zones d’ombre laissé par l’histoire, certaines trouvent une réponse dans l’interview de Kôtarô Uchikoshi.

    Sinon pour corriger Aksys n’a pas développé le jeu mais l’a édité, c’est le studio Chunsoft qui l’a développé.

  9. Sissel_Temsik dit :

    Bon, j’arrive comme la cavalerie ie trés en retard, mais je voulais dire à quel point ce jeu est un bijoux. C’était une première pour moi, dans le sens où je n’avais encore jamais essayé de jouer à un jeu en anglais. A l’écrit je m’en sors plutôt bien dans cette langue et donc, ayant trés envie d’y jouer j’ai décidé de franchir le pas. Et quel pas mes aïeux! J’ai atteint la dernière fin (la true ending) il y a deux jours, et je suis encore sous le choc.

    L’histoire est prenante à un point, j’aurais jamais crû. On a toujours envie d’en savoir plus, et je devais me forcer à éteindre ma console pour aller dormir. Les différentes fins (6 en tout) sont stupéfiantes (je me suis retrouvé avec la machoire au niveau des genoux plus d’une fois) les personnages formidablement écrits se dévelopent, progressent et se dévoilent tout au long du jeu qui finit en apothéose. L’énigme finale et redoutable car elle est à la fois facile et… disons que je n’avais jamais résolue une vous savez quoi de vous savez quoi de façon aussi épique!

    La musique est aussi excellente, bien que simple, mais elle joue parfaitement son rôle.

    Bref, je ne peut qu’inciter ceux et celles qui sont bilingue de se procurer cette merveille.

    Bon sang quel baptème les amis!

    A présent, je louche avec insistance vers Ever17…

  10. FreyaBellamy dit :

    Je vous préviens d’ores et déja mon post est long et je m’en excuse. Mais j’ai beaucoup à dire sur ce jeu sachant que je n’y trouve aucun forum consacré…j’ai noté les moments ou je spoile pour ceux qui n’auraient pas fini le jeu.
    999 fut pour moi un gros jeu coup de coeur ! En un regard je suis tombée sous le charme de Santa ❤ C'est dommage qu'il n'aie pas été traduit en français ni vendu ici. Cependant je ne m'en plains pas : il m'a permi d'améliorer mon anglais. Je pense qu'en fait ce n'est pas plus mal car beaucoup de choses auraient été dures à comprendre et à traduire en français.
    Le jeu n'est pas si gore que ça, les scènes de meurtres sont transformées en écran rouge et les cadavres ne sont pas si terrifiants. J'ai 15 ans je viens de le terminer pour la 2e fois (suite à une perte de donnés T_T) la première fois que j'y ai joué j'en avais 14 c'est pour cela que je ne l'estime pas gore. Il est juste HORRIBLEMENT stressant…j'y ai principalement joué le soir et je vous assure que lorsque vous coupez la DS vous ne vous sentez pas bien. La musique et les bruitages collent parfaitement à l'ambience…ils vous flanquent des frissons et se transforment en véritable torture psycologique. Suis-je la seule à avoir eu peur que quelqun surgisse à chaque animation où les portes s'ouvrent ?
    Ce jeu est vraiment prise de tête au niveau des explications : morphogénétique, ice-9, Sheldrake, Gigantic…et j'en passe. Le pire c'est que tout est très réaliste…je parle de l' expérience Ganzfeld, la prosopagnosie, les histoires du Titanic car oui même si j'y croyais l'histoire était tellement tirée par les cheveux que j'ai cru que tout cela était inventé à 100% cependant non ! En fouillant desespérément pour trouver un forum sur 999 j'ai découvert un forum de jeux vidéos où une personne avait répertorié des liens wikipédia sur les phénomènes de 999 qui s'avèrent être vrais ! Par exemple l'expérience Ganfeld existe vraiment ainsi que le livre "Futility" et ainsi même que le Gigantic (qui en réalité s'appelle le Britannic)… (SPOIL : sinon nous sommes d'accord que l'idée que quelqun ait la faculté de déplacer des infos à travers le temps pour se sauver 9 ans dans le futur d'une mort présente est…irrationelle…oui c'est le mot.)

    Les persos sont vraiment attachants ! Dans l'ambiance stressante qui plane sur le jeu leurs blagues et leurs réactions dérident vraiment ! Santa et son "champignon qui pousse sur le mur" (plus connu comme pomme de douche…) sans oublier son "meeting secret de bonhommes de neiges" et ses accès de violence contre les grills. La vulgarité de Santa et Jumpei est si omniprésente dans le jeu qu'elle en devient plus drôle que choquante (Jumpei ayant une préférence pour le "goddamnit" et Santa pour le "son-of-a-bitch"…je suis désolée de les mentionner.) Seven le pervers avec les mannequins qui "serviraient à autre chose qu'opérer" ou qui songe que ce ne serait pas une mauvaise idée d'échanger de corps avec Clover. Lotus qui parodie Blanche-Neige et le miroir de la sorcière ou qui se crêpe le chignon avec…euh…ben tout le monde. Je ne suis pas fan des réactions de jeune fille sensible et timide de June mais j'ai aimé le passage où elle se comparait à Lotus et implorait Jumpei de ne pas la traiter de planche à pain. Jumpei aussi est assez drôle : Je vous met une scène que j'ai été fière et heureuse de découvrir (oui, je suis étrange) en présentant le couteau dans le freezer (porte 4) à June et Santa (vous ne l'aurez pas si vous ramassez la "dry-ice" je crois ) :

    Jumpei : Eh guys take a look at this !
    Santa & June : ?!
    Jumpei : Taaadaaaah ! The KNIFE !
    Santa : …I think the cold finally got him…
    Jumpei : Eheheheheheheh…
    June : Jumpy, you're scaring me.

    Je suis fan des réactions des persos qui m'amusent vraiment alors (vous l'aurez compris) je fouille chaque lieu de fond en comble et examine chaque objet. Si vous n'avez pas vus dans le jeu certains des moments que j'ai mentioné ne vous inquiétez pas ! Cela signifie que contrairement à moi vous jouez de manière normale ! Certains persos partent vraiment en vrille et ont des réactions qui n'arriveraient jamais dans la vie réelle : Santa et June qui parlent de l'ice-9 alors qu'ils sont entrain de geler dans un freezer, (SPOIL : Jumpei qui tente de comuniquer avec Akane pendant que son temps dans l'incinérateur file -cet idiot à perdu plus de 10 minutes avec ça ! Allô-allô Junpei ! Tu vas mourir incinéré !-), Clover et Jumpei qui forcent Seven à raconter son passé alors que l'eau innonde le bateau…

    Le bon point de ce jeu est le temps. Même si les personnages disent être préssés, pour résoudre les énigmes vous avez tout votre temps ! Tant mieux car perso l'énigne finale je ne l'aurais pas faite en 6 minutes…Le design des perso est réussi, les looks des persos sont très originaux (surtout celui de Clover) cependant je vous conseille d'aller voir les artworks de 999 vous allez voir la différence de dessin. De plus les énigmes ne sont pas très dures. Pas hyper faciles mais pas infaisables ! Pour preuve je suis une littéraire totalement nulle en maths et j'ai réussi ce jeu. Le fait d'être lancés dans une salle inconnue et ne pas savoir quoi faire, fait la difficulté du jeu (surtout à la fin au niveau des 3 emes portes et +). Le système de jeu rappelle les bons vieux Phoenix Wright : tu cherches une pièce, tu prends un objet, tu l'analyses et il te sauve la mise un peu plus tard ! Dans 999 si vous passez à côté d'un objet vous êtes bloqués ! (surtout dans la librairie ! On se perd au niveau des livres à chaque changement d'écran !)
    Le point negatif est comme l'a souligné Maxobiwan les tutos…non seulement ils sont longs mais quand en plus on fait partie des gens qui ne les lisent jamais c'est encore plus horrible. Le jeu étant composé à 70% de texte la commande d'avence rapide est une très bonne idée mais il faut du temps pour l'avoir et en plus elle ne fonctionne que sur les dialogues déja vus. L'histoire du jeu est unique et bien travaillée ce qui le rend excellent. Les quelques CG sont très réussis.
    C'est perturbant de tomber automatiquement sur une fin de meutre dès les premières parties. Sachant qu'ils meurent presque tous dans 5 fins sur 6 !
    Dans ce jeu il y'a des choses qui arrivent d'ailleurs aussi dans Phoenix Wright : Vous vous rappelez du moment où Nick clame que Inès Sperez est en fait Daisy Sperez ? Moi je ne l'ai deviné qu'au moment des 3 choix (Le temoin qui est à la barre est en réalité : Daisy et 2 autres choix) et je ne l'ai deviné uniquement que parce que les 2 autres étaient stupides. Et bien ici aussi Jumpei devine des choses auxquelles personne ne peut avoir pensé ! (SPOIL : A la fin du jeu…personne ne peut dire qu'il avait deviné que le signe sur la porte était un q et non un 9 ! Personne ! Parce que le système héxadécimal donné par Lotus n'allait que jusqu'à 15 ! Et même si vous saviez que q=26 dans le système h. parce que vous aviez noté tout l'aphabet, personne n'y pense à ce moment là ! Tout simplement parce que l'on vient de se casser la tête avec un sudoku ultime et que c'est rageant de voir qu'à la fin cela ne sert qu'à sauver Akane !)
    Les héros (surtout Clover, en l'occurence à la fin) composent en 15 secondes des dizaines d'additions pour former un digital root ! Savent-ils le temps que je met pour n'en former qu'un seul ?

    Mes petites divagations…

    Les persos ont un style vestimentaire étrange :
    Jumpei qui porte une chemise à carreaux rouges de bucheron +un sweet blanc + une doudoune bleue électrique sans manches. Santa et ses lambeaux d'écharpes autour du cou. Seven (SPOIL : le premier détective du monde habillé en marin pêcheur…)
    Un deuxième truc me chiffone. Leurs âges.
    La première fois que j'y ai joué dans ma tête cela faisait : Jumpei & June = 18-19 ans , Ace & Seven= 40-45 ans, Snake = 25 ans, Santa= 19-20 ans, Clover=16 ans, Lotus=30 ans.
    Cependant la deuxième fois que l'on fait la porte 8 Jumpei parle avec Lotus et sort une phrase que je n'oublierais pas de sitôt :
    "I'm a healthy 21 years old young man." (ou un truc du genre)
    Quoi ?! *illusion de jeunes filles brisées*

    Après lorque l'on découvre le mystère d'il y a 9 ans on apprend que Clover avait 9 ans à l'époque. Et enfin LE plus choquant (pour moi) : dans la salle 2 avec Lotus et Seven (SPOIL : Lotus dit avoir deux filles qui auraient le même âge que Junpei soit 21 ans ! Si l'on estime que Lotus eut ses filles à 20 ans cela lui fait plus de 40 ans !) Elle devra me donner le nom de son anti-rides…
    On a donc : June&Junpei = 21 ans, Ace & Seven= un peu plus du premier âge estimé, Clover = 18 ans (le seul âge qui passe encore selon moi), Santa = 25 ans (SPOIL : Il était avec Snake le plus âgé des enfants présents dans le building A -vu que Clover avait 9 ans donc June en avait 12. Santa portait un uniforme de lycéen son age devait être de 15-16 ans (donc environ 4 ans de différence avec June)- Snake= 28-30 ans et Lotus *larmes* =40 ans…

    Ai-je été la seule à me demander ce que ce fichu sous-marin faisait dans le jeu ?! Il traumatise nos premières fins pour qu'il ne serve à rien ? On ne l'évoque même pas dans le jeu ! Y compris la pièce dans laquelle il se trouve !
    (SPOIL : Et All-ice ? A la fin on la voit dans le Nevada mais je vous le demande : Où à t-elle fondu ? Selon Ace elle n'était pas là il y a 9 ans. Mais elle n'a pas pu errer dans le Nevada 9 ans ! Elle était forcément avec eux dans le building Q pendant ce Nonary Game et à part dans l'incinérateur je ne vois pas où elle aurait pu fondre…)

    Une astuce : tentez d'abord d'avoir ces 4 fins (j'énonce les logos) : sous-marin, couteau, coffre, hache. Vous obtiendrez alors un trailer (vous le savez, qui indiquera votre prochain objectif). Ses 4 fins contiennent toutes les infos dont vous avez besoin pour finir le jeu donc en jouant (et finissant) votre prochaine partie vous débloquerez vos deux fins manquantes (soit le logo de "June" et celui du cerceuil).

    J'ai adoré Clover, Santa et Snake ! June est le perso que j'aime le moins (suivie de près par "Bad Ace" qui…me fait peur…).

    Voilà j'ai enfin fini. Désolée vraiment d'avoir écrit autant…et s'il vous plaît quelqun connaitrait-il un forum sur 999 ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s